A.N.P DZ Défense

A.N.P DZ Défense

Forum Militaire
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Bienvenu sur le forum anpdz

Partagez | 
 

 canon Algérien, "la consulaire", LE BABA MERZOUG,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chega
Modérateurs
Modérateurs
avatar

Messages : 1777
Date d'inscription : 13/03/2014
Médaille de la Révolution Médaille de la Résistance Médaille Militaire Terre Médaille Militaire Médaille du Mérite Militaire une citation Vermeil Médaille sans Chevron Médaille de Blessé sans Citation

MessageSujet: canon Algérien, "la consulaire", LE BABA MERZOUG,   Jeu 31 Juil - 8:27

Ce canon Algérien, "la consulaire", LE BABA MERZOUG, volé par les Français, doit etre rendu à ses propriétaires légitimes: LES ALGERIENS.

Publié le  7 août 2012   par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

Le canon Baba-Merzoug (symbole de la puissance algérienne): otage des Français depuis 1830

Baba-Merzoug ou le père bienfaiteur est né en 1542 à Alger. Ce vaillant combattant a protégé la baie d’Alger durant deux siècles.
Installé à l’Amirauté, il a repoussé et vaincu des milliers de navires venus pour la conquête de la ville. En effet, Baba Merzoug représentait la puissance algérienne ; grâce à lui, la ville est devenue invincible et impénétrable. D’une force égalant des milliers d’hommes, ce bienfaiteur a vu le jour à Dar El-Nhes, dans La Vieille Casbah. Certes, il a été conçu par un étranger, mais sa production a été réalisée par des guerriers algériens avec des matériaux du pays. Cette arme redoutable était la fierté de l’Algérie. Unique en son genre, dans sa technique et sa fabrication, l’artillerie mondiale n’a connu qu’un seul Baba-Merzoug. Quant à l’appellation de Baba Merzoug, elle repose sur deux théories qui se rejoignent. La première, pour sa protection de tous les marins tentés par la prise d’Alger et la deuxième concernerait sa puissance extraordinaire.
D’une longueur de sept mètres, ce canon en bronze pesait douze tonnes et pouvait envoyer des tirs de cinq kilomètres qui atteignaient toutes les cibles sans difficulté. D’ailleurs, les Français le surnomment “La Consulaire”. En 1683, une attaque est survenue par des navires français sur la baie qui demandaient aux Ottomans les esclaves chrétiens. L’amiral Duquesne avait envoyé le consul, le père Le Vacher, comme messager au dey de l’époque. Alors, pris de fureur à cause des menaces, ce dernier a réexpédié en boulet de canon à l’amiral. Quelques années plus tard, en 1686, Alger reçut la même attaque des Français, et c’est au tour du consul, André Piolle, d’être transformé en boulet de canon. Au bout de deux siècles au service de la Marine algérienne, le bienfaiteur se retrouve otage des Français. En 1830, lors de la colonisation du pays, le canon est pris par les colons comme un trophée : “Nous avons entre les mains la puissance algérienne.” Ce symbole de la force et du pouvoir algérien repose, depuis 182 ans, au complexe naval de l’arsenal de Brest, à Toulon. Ce “Consulaire” est devenu un emblème français. Dès sa capture, le canon a été transformé en colonne de granit, dont la bouche contient un coq sur un globe terrestre dont la patte de l’animal est posée sur l’Afrique.
Après toutes ces années de captivité à Brest, le comité pour la restitution du canon Baba-Merzoug vient d’être créé.
Il est présidé par M. Benbraham et Belkacem Babaci, historien et auteur de L’épopée Baba Merzoug. Joints par téléphone pour connaître leur démarche pour la restitution du canon, les deux “présidents” semblaient en désaccord sur les moyens adéquats pour la récupération de Baba-Merzoug, l’une des plus grandes fiertés du pays. D’une part, l’avocate a annoncé : “Je prépare un courrier pour les gouvernements français et algérien. C’est un droit historique, ce canon fait partie de l’Histoire et de la dignité algérienne.”
Et d’ajouter : “Je pense que ce sera facile de le récupérer car nous sommes en train de construire un climat de paix.” En fait, Me Benbraham a annoncé la création de ce comité, il y a seulement quelques jours, au Forum d’El Moudjahid. Alors que d’autre part, Babaci indique que le comité a vu le jour en 1996. “J’ai effectué des recherches il y a quelques années, et depuis, j’ai envoyé plusieurs courriers au gouvernement français, à l’époque de Chirac. Les deux états sont sensibles à ce sujet. La France a promis de le rendre prochainement”, a-t-il signalé. “Récemment, j’ai eu une affirmation de l’Élysée (Sarkozy), mais nous devons rester discrets sur cette histoire. Le président a promis de le rendre après les élections de 2012”, a-t-il souligné. Tout en précisant : “Ils ne peuvent pas nous le rendre maintenant. Car cela risque d’exploser chez plusieurs partis, notamment l’UMP et le FN.” Baba-Merzoug est le droit du peuple pour son histoire. Le pire est que même ses représentants sont en conflits internes et chacun défend ses propres intérêts. Concernant les Français, même si l’Élysée décide de rendre le canon, qu’en est-il de l’armée qui considère ce “Consulaire” comme le meilleur prix du Trésor algérien. 
Baba Merzoug: le canon va-t-il quitter Brest après 179 ans passés au milieu de l'arsenal?
Lu dans l'édition de Brest d'Ouest-France, l'histoire de La Consulaire.
Baba Merzoug pour les Algériens, La Consulaire pour les Français. Ce canon de 12 t, long de 7 m, capable de tirer à 4,8 km, est l'un des symboles des relations franco-algériennes. Le canon avait été ramené en France comme trophée de guerre le 5 juillet 1830, au moment de la conquête de l'Algérie. Transformé en colonne, il est érigé au milieu de l'arsenal de Brest en 1833. Il n'en a pas bougé depuis. Mais... Une demande officielle de l'Algérie pour son retour a été faite début juillet.
Malgré cette demande officielle, le retour du canon en Algérie est loin d'être acté : "L'Amirauté est très attachée à ce canon, qui fait partie désormais de l'histoire de la Marine nationale", a prévenu le ministère de la Défense. Le sort du canon est examiné en ce moment par le ministre des Affaires étrangères. Pour la petite histoire, un coq orne le sommet de Baba Merzoug, une patte tenant un globe terrestre. Symbole de la puissance impériale d'alors.
 
La marine Française dément le retour de Baba Merzoug
 
Par Khidr Omar | 27/11/2011 | 19:29
Share on facebookShare on printShare on emailShare on twitterMore Sharing Services
[url=http://wr.readspeaker.com/webreader/webreader.php?cid=G5EUP22PLP9B1MYDM6H01S7GNJ0XQY5W&t=wordpress&url=http://www.algerie1.com/diaspora/la-marine-francaise-dement-le-retour-de-baba-merzoug/&title=La marine Fran%C3%A7aise d%C3%A9ment le retour de Baba Merzoug][/url]
La presse algérienne a annoncé le retour à Alger de Baba Merzoug, alias la Consulaire, monument érigé dans l’arsenal à Brest (photo) alors que la Marine nationale Française dément ces informations selon le « Télégramme de Brest ».
« Jusqu’à preuve du contraire, Baba Merzoug reste à Brest ». C’est du moins ce que déclare Marc Gander, chargé de communication de la préfecture maritime au « Télégramme de Brest »: «Nous n’avons reçu aucune demande officielle concernant la Consulaire!» ajoute t-il.
Ce monument érigé sur la rive gauche de la Penfeld, à l’angle de la cale sèche située près de la porte Tourville, est un ancien canon d’Alger, baptisé du nom d’un grand personnage considéré comme le protecteur de la rade et de la ville d’Alger.
Cette pièce imposante, de 6,25m de long, a été réalisée par un fondeur vénitien en 1542. Sa portée de 4,8km, exceptionnelle pour l’époque, donne à Alger la réputation de citadelle imprenable. Alger la Blanche finit toutefois par tomber aux mains des Français et le redoutable Baba Merzoug est transporté à Brest, en 1830, par l’amiral Guy Duperré.
Il a été rebaptisé en hommage au consul de France et missionnaire, le père Le Vacher qui, accusé de traîtrise, a été tiré avec un boulet en direction du navire amiral de la flotte française, commandée par l’amiral Duquesne, qui assiégeait la ville en 1683!
En 1688, lors d’une attaque similaire commise par le maréchal Jean d’Estrées contre Alger, le consul André Piolle a subi le même sort. D’où l’appellation française de « Consulaire » pour cette pièce d’artillerie.
Le canon, surmonté d’un coq maintenant un globe sous une patte, trône donc désormais dans l’enceinte de l’arsenal. Mais du côté de l’Algérie, de nombreuses voix s’élèvent depuis plusieurs années pour réclamer la restitution de cette pièce historique selon la même source.
Patrimoine historique de la Défense 
Les demandes, relayées en France par un homme d’affaires, Domingo Friand, se sont faites plus pressantes en 2006, Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense de l’époque, coupant court à tout espoir en déclarant que «ce canon fait partie intégrante du patrimoine historique de la Défense», et que le personnel de la Marine lui «manifeste un attachement particulier».
Baba Merzoug, qui est l’objet de commentaires réguliers sur des blogs et forums, a également été l’objet d’un livre. Depuis quelques semaines, le bruit circule, dans la presse Algérienne que le monument serait restitué en juillet 2012 à l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Mais l’information est donc formellement démentie, pour l’heure, par la Marine nationale Française selon le même journal.
Baba Merzoug : L’histoire particulière d’un canon algérois « captif » en France
Histoire épique que celle de ce canon algérois, tout en puissance avec ses presque sept mètres de long et tout en fonte, « captif » depuis 182 ans à Brest, dans la partie militaire de la ville française, pour avoir seulement « défendu » la ville d’Alger des envahisseurs, dont les Français.
Au 15e siècle, Alger était une citadelle imprenable, coquettement surnommée par ses habitants ’’El Mahroussa- La bien gardée ». Cette situation a duré plusieurs siècles, en dépit des attaques de Charles Quint ou des Français, procurant paix et sérénité à ses habitants, jusqu’à la chute d’Alger, en 1830, et le début de l’invasion française en Algérie.
Pour la médina d’Alger, à cette époque de grands bouleversements politiques et militaires en Méditerranée, ce canon faisait office de puissant « protecteur ».
Et ce dernier, n’est autre que Baba Merzoug, un formidable canon d’environ 7 mètres, pouvant à lui seul dissuader toute velléité belliqueuse contre la ville d’Alger, cité des Rais Hassan et autre Korso, et très souvent envoyait par le fonds les navires de ceux qui voulaient soumettre El Djazair.
Il en est ainsi, par exemple, de l’invincible armada de Charles Quint, qui a été terrassée dans la baie d’Alger par Baba Merzoug et…les intempéries.
 Avec la moitié de sa flotte détruite par le plus puissant des mille canons qui gardaient Alger (photo de 8 canons en bronze pris en 1830 actuellement à l’hôtel des Invalides à Paris), Charles Quint est reparti défait et dépité d’avoir échoué, après un siège de plusieurs mois, de faire tomber Alger pour se venger de la perte d’Oran.
Aussi, dès les premiers jours de la chute d’Alger, en juillet 1830, le baron Guy Duperré s’est-il empressé de se saisir de Baba Merzoug pour l’expédier immédiatement à Brest, où il gît jusqu’à nos jours sous une nouvelle identité, ’’La Consulaire’’, son appellation française.
Une pièce d’artillerie unique
Quel sort terrible pour Baba Merzoug, l’un des plus grands canons jamais construits par l’homme, que l’exil. Baba Merzoug est venu au jour à la fin des travaux de fortification de la ville d’Alger, en 1542. Fabriqué par un fondeur vénitien suite à la commande du pacha Hassan, qui avait succédé à Kheireddine, sa portée était exceptionnelle pour l’époque, 4.872 mètres, et un poids impressionnant, 12 tonnes.
C’est une superbe pièce d’artillerie, unique en son genre, finement ciselée, qui va dorénavant défendre Alger, la rendant inviolable, absolument inattaquable par mer. Servi par quatre artilleurs, le canon est dirigé vers la Pointe Pescade (ouest d’Alger), interdisant dorénavant à tout navire de s’approcher d’Alger.
En 1671, l’histoire de ce canon terrible va basculer : il interdira à la flotte de l’amiral Duquesne, qui assiégeait Alger, de s’emparer de la ville. Un fait de guerre qui va lui valoir une animosité tenace de deux siècles, après une vengeance terrible des français.
Le consul de France et missionnaire auprès du Dey à Alger, le père LeVacher, accusé de traîtrise par un certain Meso Morto qui avait tué le dey et fomenté une révolte lors de négociations avec l’amiral Duquesne dont la flotte bombardait Alger, a été mis dans la bouche du canon et ’’tiré’’ avec un boulet vers le navire amiral français. Il sera appelé, dès lors, par la marine française ’’La Consulaire’’.
Mais, au fait, d’où vient le nom de ce terrible canon qui atteste, jusqu’à aujourd’hui, 182 ans après l’invasion d’Alger, de sa terrifiante renommée ? Selon Belkacem Babaci, président de la fondation Casbah, ’’la puissance de ce canon, et la longue portée de ses boulets a fait que les gens d’Alger, très impressionnés, ont considéré qu’il était un don de Dieu (Rizk Allah) et apporte la fortune’’. Baba Merzoug (père fortuné) était né.
Après près de deux siècles d’exil, le retour ?
Ayant été l’une des toutes premières prises de guerre en 1830 lors de l’invasion d’Alger, l’amiral Guy Duperré le fait immédiatement expédier à Brest. Trois ans plus tard, il est exposé au public avec sur sa ’’bouche’’ un Coq, et gît sur son emplacement actuel depuis le 27 juillet 1833.
Selon Ahmed Babaci, auteur d’un livre sur Baba Merzoug et membre du comité pour son rapatriement, ce canon était la plus importante arme de défense dans tout le Bassin méditerranéen et sans rival pendant des siècles. Ce n’est que lors de la 1ère Guerre mondiale que les Allemands construisent le fameux canon, alors baptisé ’’la grosse Bertha’’, et dont la longueur était de cinq mètres.
Baba Merzoug, c’est le protecteur bienveillant des algérois, il était devenu l’âme d’Alger et son farouche gardien, d’où le qualificatif d’ ’’El Mahroussa’’, à l’époque des courses et de la flibuste en Méditerranée.
Il avait en fait, de même qu’El Djazair avec laquelle il se confondait, un statut quasi ’’mystique’’, faisant la fierté de la ville et de ses habitants. En 1999, un comité pour la restitution du canon algérien est crée par plusieurs personnalités qui ont diversifié les contacts en France et en Algérie pour le retour de Baba Merzoug dans sa patrie. Un retour qui devrait intervenir, selon M. Babaci, en 2012 à l’occasion du 



http://www.ain-dzarit1911.com/article-ce-canon-algerien-la-consulaire-le-baba-merzoug-vole-par-les-fran-ais-doit-etre-rendu-a-ses-pr-108890703.html
Revenir en haut Aller en bas
Kaci M
Collection d'insignes algeriens
Collection d'insignes algeriens
avatar

Messages : 621
Date d'inscription : 08/04/2012
Médaille de la Résistance Médaille du Mérite National Médaille sans Chevron Médaille d’Honneur Médaille de Blessé sans Citation Médaille de Blessé avec Citation

MessageSujet: Re: canon Algérien, "la consulaire", LE BABA MERZOUG,   Jeu 31 Juil - 9:27

Ehhhhh....Baba Merzoug!   

Très belle pièce qui a finit entre les mains de l'ennemi, il faut lire ce livre , que je garde comme un trésor le livre "Les canons d'Alger" justement qui traite de cette histoire. Wink

Ces fumiers y ont mis un coq au dessus! je n'avais jamais remarqué! C'est vraiment un acte inqualifiable, enfin , çe leur ressemble tellement de faire ce genre de choses...

_________________


Dernière édition par Kaci M le Jeu 31 Juil - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
chega
Modérateurs
Modérateurs
avatar

Messages : 1777
Date d'inscription : 13/03/2014
Médaille de la Révolution Médaille de la Résistance Médaille Militaire Terre Médaille Militaire Médaille du Mérite Militaire une citation Vermeil Médaille sans Chevron Médaille de Blessé sans Citation

MessageSujet: Re: canon Algérien, "la consulaire", LE BABA MERZOUG,   Jeu 31 Juil - 9:57

oui ca c bien vrai mais bon il est a nous ils doivent nous le rendre
Revenir en haut Aller en bas
abdelkader el khaldi
Admin
Admin
avatar

Messages : 1023
Date d'inscription : 12/05/2012
Localisation : planete terre
Médaille de Citation Militaire : Médaille de Citation Militaire Médaille de Citation à l'Ordre de l'Armée Médaille de Citation à l'Ordre de Défense Médaille de la Participation à la Révolution Médaille de la Révolution Médaille de la Résistance Médaille Militaire Terre Médaille Militaire Terre avec Citation Médaille Militaire Terre Ordre Armée Médaille de l'Air Médaille Militaire de l'Air Médaille du Mérite Militaire de l'Air Médaille Militaire de la Marine Médaille Militaire de la Marine une citation Médaille Militaire de la Marine citation Flotte Médaille Militaire Médaille du Mérite Militaire citation argent Médaille du Mérite Militaire une citation Vermeil Médaille du Mérite Militaire deux citations Médaille du Mérite Militaire citation ordre ANP Médaille du Mérite National Médaille Mérite Géopolitique Médaille sans Chevron Médaille d’Honneur Médaille du Mérite Militaire Médaille de Blessé sans Citation Médaille de Blessé avec Citation Médaille mission UN cambodge

MessageSujet: Re: canon Algérien, "la consulaire", LE BABA MERZOUG,   Jeu 31 Juil - 20:21



voici sa copié presenté au publis dans les JPO ANP SAFEX 2012 par les Forces Navales

_________________
Le sourire du traître montre qu'il a des dents de lion.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: canon Algérien, "la consulaire", LE BABA MERZOUG,   

Revenir en haut Aller en bas
 
canon Algérien, "la consulaire", LE BABA MERZOUG,
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A.N.P DZ Défense  :: Histoire & Armements Internationaux :: Histoire, Guerres & Conflits-
Sauter vers: